"Je vous parle d'un temps

Que les moins de vingt ans

Ne peuvent pas connaître..."

 

A cette époque-là - nous sommes en1979 -, le secteur du Corniguel, ce sont des champs - ceux de la ferme Le Doaré et de quelques maraîchers - , des friches, des bois, un certain nombre de maisons réparties ça et là, plus trois pôles urbains : Kervilien, construit après la guerre; Kerlagatu, dans les années 60; Le Moustoir dans les années 70, chaque pôle vivant sa propre vie, sa propre histoire.

C'est du Moustoir qu'est venue la prise de conscience de l'unité géographique du Corniguel. D'où l'idée de rassembler dans une même vie associative tous les habitants de ce secteur. L'ouverture de la voie express vers Pont l'Abbé et la création du giratoire de Ludugris ont concrétisé et renforcé les frontières terrestres "naturelles" du secteur. 

  

 

Notre première maison de quartier : "La Baraque".

 

Un petit "Chez-soi" vaut mieux qu'un grand "Chez-les-autres" !

 

Cette année-là, en 1979, l'AQC ne disposait d'aucun local en propre. Réunions et activités se tenaient parfois à la chapelle Saint-Yves, parfois à la ferme Le Doaré ou encore à l'école de Kervilien. Ce n'est qu'en 1981 que la ville nous a installé une classe mobile (à l'endroit de l'actuelle maison de quartier), à l'angle du chemin du Moustoir et de celui de Kéraval.

Trente pages ont été tournées. Quelles transformations du secteur du Corniguel verrons-nous encore s'opérer? En serons-nous les témoins passifs ou les citoyens participatifs? Qui écrira les trente pages suivantes?

 

M Quinquis

Notre premier hébergement : la salle St-Yves
Notre premier hébergement : la salle St-Yves

Les deux axes fondamentaux de l'Association des Quartiers du Corniguel (AQC) depuis sa création sont restés les mêmes :

- Agir collectivement pour préserver le cadre de vie et améliorer la qualité de vie des habitants

- Proposer des activités qui répondent aux besoins ou aux attentes des habitants, en vue de développer le lien social .

 

Il n'est pas possible de raconter ici 30 ans d'action collective :

- Création progressive d'activités, la première étant le club du 3ème âge

- Création de commissions, celle de l'environnement par exemple

- Démarches auprès de la municipalité : pour la sécurité des voies de circulation (avenues du Corniguel et Mendès-France, route des châteaux)... ; pour une desserte adaptée du quartier par les bus ; pour la défense des espaces verts ; contre un urbanisme imprévoyant et disproportionné ; contre le trafic bruyant de camions généré par les activités de la zone portuaire et pour le contrôle de ces activités.

Parfois nous avons approuvé les projets de la municipalité, souvent nous nous y sommes opposés, toujours nous avons cherché par le dialogue à faire prévaloir l'intérêt des habitants.

Logement chez l'habitant : la ferme Le Doaré
Logement chez l'habitant : la ferme Le Doaré

Savez-vous qu'en 1988, une usine d'incinération d'ordures ménagères devait être construite au Corniguel ? Le choix du site était pour nous inacceptable. C'est l'AQC qui a réussi par sa mobilisation à faire échouer ce projet au dernier moment.

Savez-vous qu'en 1990, contre l'avis de l'AQC, la municipalité a installé sur le secteur portuaire une entreprise anglaise :"Global Studio"? Quelques mois plus tard, l'entreprise a dû fermer ses portes dans des conditions rocambolesques.

Savez-vous que l'AQC s'est battue pendant toutes ces années pour que l'Avenue du Corniguel soit moins dangereuse, moins bruyante, remise en état etc........

La fête de quartier : entrepôt Bodénan
La fête de quartier : entrepôt Bodénan

Cette année-là, en 1979, la pointe du Corniguel, c'était le port, les sabliers, apportant soit du sable soit le maerl des Glénan qu'une société transformait sur place. C'était Pinault Cornouaille, une entreprise de bois, qui, quelques années plus tard se délocalisera à l'Eau-Rouge. C'était "Les Chais du Corniguel", une grande bâtisse, des cuves énormes dans lesquelles Monsieur Nader importateur entreposait son vin après la guerre. C'était Romy, une société de récupération des métaux...C'était aussi un court de tennis que l'AQC a géré pendant quelques années pour la détente des jeunes et des moins jeunes. C'était des segments de sentiers en bord de rivière : raccordés, aménagés avec l'aide de la ville ; ils sont devenus le circuit de randonnée que nous apprécions tant !

 

Cette année-là, en 1979, la partie urbanisée de l'Avenue du Corniguel se terminait par un entrepôt de primeurs, fruits et légumes. Il n'existe plus, cet entrepôt, remplacé par un petit collectif d'habitation. Il nous a été prêté par Mr Bodénan pour organiser nos fêtes de quartier.

Cette année-là, en 1979, chemin de Kergalatu, une grande bâtisse s'animait au rythme de la vie paroissiale, c'était la chapelle Saint-Yves. Depuis qu'elle a cessé toute activité, elle se détériore d'année en année. Subira-t'elle le même sort que les Chais du Corniguel ? Ne pourrait-on pas la réaffecter à la vie de quartier ? C'est dans ces locaux que se sont tenues les premières réunions de l'association naissante. C'est dans la chapelle que la première équipe de théâtre (enfants) de l'AQC a présenté plusieurs de ses spectacles. C'est dans la chapelle encore que la chorale a donné plus d'un concert. C'est dans la chapelle enfin que nous avons organisé les réunions publiques contre l'installation de l'usine d'incinération.